dimanche 10 juin 2018

Lecture de Madame de Sévigné au Panthéon, à Paris

Panthéon 

















Le Panthéon est un monument de style néo-classique situé dans le 5ème arrondissement de Paris, au cœur du Quartier latin. Le nom du monument, Panthéon, vient du grec pántheion, qui signifie « de tous les dieux ». Prévu à l'origine, au 18èmes siècle, pour être une église qui abriterait la châsse de sainte Geneviève, ce monument a depuis la Révolution française vocation à honorer de grands personnages ayant marqué l'Histoire de France hormis pour les carrières militaires normalement consacrées au Panthéon militaire des Invalides.

Madame de Sévigné et ses lettres 















Marie de Rabutin-Chantal, connue comme la marquise. Ou, plus simplement, Madame de Sévigné, est une épistolière française, née le 5 février 1626 à Paris et morte le 17 avril 1696 au château de Grignant. Ses lettres ne constituent pas une œuvre littéraire comme les autres – d’ailleurs, la marquise n’avais pas envisagé leur publication.
Journaliste du Grand Siècle, l’épistolière rapporte, à ses amis éloignés de Paris, tous les plus grands scandales de la Cour du Roi-Soleil : le mariage manqué de la Grande Mademoiselle, l’affaire des poisons impliquant la Brinvilliers et la sorcière dite « la Voisin », la mort de Turenne, et bien d’autres.
En donnant à ses lettres l’allure et le charme d’une conversation mondaine, elle leur permet d’accéder à une véritable dignité littéraire. Ses lettres témoignent aussi et surtout d’une passion extraordinaire, d’un amour d’une mère pour sa fille partie vivre à Grignant : l’écriture est alors, aux yeux de Madame de Sévigné une nécessité vitale.


Mon avis


Ses lettres portaient sur un échange mutuel entre mère et fille qui s’était promis de s’écrire à chaque départ de courrier. On m’a lu que les lettres de Madame de Sévigné, j’aurais aimé avoir les réponses de sa fille. Dans ses lettres qu’elle écrivait à chaque état d’ames, elle était franche et n’avais la langue dans sa poche comme on dit et elle les finissait jamais. Moi à la place de sa fille, je me suis beaucoup marrée en l’écoutant, c’est le mieux à faire.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire